Faudra-t-il investir en immobilier après la crise du Coronavirus ?

Avec les décisions prises par le gouvernement en matière de confinement, le marché immobilier est au point mort. Que se passe-t-il dans vos agences ?

Il
est en fait très compliqué aujourd’hui de visiter des appartements ou
maisons. Ceci est encore possible en théorie, mais les visites doivent avoir lieu
sous la responsabilité du directeur de l’agence, le chef de l’entreprise, ou en
dans d’autres cas, les agents commerciaux. Nous aurions dû encore
l’autorisation des propriétaires.

Cette
la situation est totalement sans précédent. En 2008, au moment de la crise financière,
Ça ralentit, mais on aurait pu faire notre travail. Là, le
travail sur le terrain est complètement interrompu, je n’ai jamais connu un tel
situation. Cela ne nous empêche pas de continuer à travailler à distance et
préparation à la sortie de la crise : nos agents profitent de l’occasion pour mettre à jour
leurs dossiers clients, et nous avons organisé des sessions de formation à
distance (2 par jour) à l’ensemble du réseau.

A voir aussi : Conseils pour bien vendre sa maison ?

Quels comportements devraient être suivis par les familles qui viennent de mettre leur propriété en vente ?

Pour
familles qui ont déjà vendu leur propriété, et sont en obligation
pour trouver un nouveau assez rapide, continuer à rechercher activement.
Les visites peuvent être virtuelles d’abord en envoyant des photos
ou vidéo. Les travaux se poursuivent à distance, même si les agences sont fermées.

Il
il est toujours possible d’avoir des contacts, mais vous devez vous conformer à
le paquet de mesures imposées par le gouvernement.

A voir aussi : Loi Pinel : toujours intéressant en 2020 ?

Quel scénario envisagez-vous de sortir de la crise en sachant que la France va revenir à la récession ?

Le
fondamentaux du marché immobilier restent bonnes.

Dans
première place, l’immobilier est un actif corporel, contrairement aux valeurs
en tant que biens meubles. Sa valeur est intemporelle, répond à un besoin
primaire pour les gens, que ce soit la location ou l’achat.

Le
les besoins sont là, et la questiondevrait persister, bien que la crise actuelle sera
inévitablement un impact sur l’économie. À condition, bien sûr, que la crise
Le système de santé dure aussi longtemps que possible. C’est pourquoi nous devons montrer
de bonne citoyenneté et de se conformer aux mesures de confinement.

Autres
les taux d’intérêt resteront faibles. Gouvernements et autorités
loi sur les instruments monétaires dans cette direction, il est essentiel d’appuyer la
conditions économiques.

Quel impact cela peut-il avoir sur les prix immobiliers et le volume des transactions ?

Tous les
dépendra de la durée de la crise de la santé, son impact sur l’économie
réel et consécutif au chômage.

Le
le gouvernement a pris des mesures énergiques pour atténuer le choc et pour veiller à ce que
L’économie. Reviens bientôt. S’ils atteignent leur objectif, ils ne sont pas trop
préoccupé par la bonne conduite du marché immobilier. L’impact de la crise pourrait
être mesuré. Surtout parce que, je le répète, leparamètres particuliers du marché
de l’immobilier sont en bonne santé. Avant la crise, il n’y avait pas de bulle
spéculatif alimenté de l’extérieur. Comme c’était le cas dans d’autres
Pays européens pendant la crise de 2008.

Le
les prix ne devraient pas baisser, à moins que les promesses de récession annoncées
profond. Dans ce cas, l’ensemble de l’économie serait affectée et est donc difficile
pour faire des prédictions.

ARTICLES LIÉS