Comment posséder une terre en Côte d’Ivoire ?

Pour protéger efficacement la propriété privée, les droits doivent être clairement définis. En Côte d’Ivoire, seulement 4 pour cent de l’ensemble des terres rurales sont enregistrées légalement, ce qui rend la quasi-totalité de la population non urbaine vulnérable aux conflits. Une partie du défi réside dans les coûts prohibitifs associés à l’engagement du système officiel. Par exemple, même les petites parcelles agricoles (environ deux hectares) nécessitent environ un an de revenus en droits pour l’Ivoirien moyen pour enregistrer leurs terres, un investissement rendu d’autant plus peu attrayant si l’on considère l’inadéquation entre les accords informels et le système formel. Par conséquent, la plupart des propriétaires fonciers ne fonctionnent que dans le cadre d’un système informel faible qui utilise des revendications écrites à la main ou des accords oraux.

Audace Institut Afrique (AIA), organisation partenaire du réseau Atlas basée à Abidjan, capitale économique ivoirienne, a entrepris l’importante tâche de faire passer ces systèmes informels à l’enregistrement et à l’arbitrage formels avec son « Projet foncier rural » (Acteur Communau’Terre). À partir de 2016, le projet a organisé et formé quatre comités villageois différents pour développer des registres fonciers authentiques et fiables cartographiant toutes les terres privées de chaque village et en notant les propriétaires légitimes. En utilisant les connaissances locales, les comités villageois enregistrent les terres auprès du gouvernement ivoirien, renforçant ainsi l’investissement du villageois dans ce titre officiel. Le projet sert de modèle pour le gouvernement ivoirien à reproduire à l’échelle nationale.

Lire également : Qui réalise les diagnostics immobiliers ?

M. Glazahosson Dominique, chef local ivoirien (Goya 1, Guiglo – Côte d’Ivoire « L’acteur Communau’Terre vise à aider les villages à créer une cartographie des villages et des registres fonciers communautaires », a déclaré Gisèle Dutheuil, directrice de l’AIA. « Ces registres visent à clarifier les droits des villageois avant de financer leurs titres de propriété. Ce registre est une base crédible pour obtenir des prêts et réduit les risques liés à une les investissements agricoles. C’est un outil de liberté et de prospérité qui aide à résoudre et à réduire facilement les conflits. C’est une solution pour les 96 % des terres qui ne sont pas encore enregistrées en Côte d’Ivoire. »

A lire également : Quel est le taux de rendement global ?

En outre, la Constitution ivoirienne interdit aux étrangers de posséder des terres. Les objectifs du projet relatif aux terres rurales de l’AIA sont de garantir les droits de propriété des villageois ivoiriens et d’obtenir des contrats de location pour les Ivoiriens et les non-Ivoiriens. L’AIA estime que cela permettra de réduire de nombreux conflits existants et de créer un environnement plus favorable à l’investissement.

Après avoir plongé dans les lignées des familles vivant dans chaque village et reconstruit leurs paysages sociaux et juridiques, AIA utilise le GPS et d’autres ressources délimitent les limites des différentes parcelles de terrain, y compris des données géographiques et sociologiques. Ces registres sont ensuite publiés numériquement et physiquement, donnant accès à ceux qui n’ont pas accès à l’électricité. Les informations contenue dans les registres AIA a créé aide à sécuriser les contrats et est fréquemment référencée lors de la location et de la vente de terrains.

Gisèle Dutheuil est interviewé sur France 24 sur le projet de terrain rural d’AIA. Beaucoup prennent note du travail de l’AIA — plusieurs chaînes de télévision, de radio et de journaux couvrent le projet de terres rurales avec l’espoir qu’il soit étendu à l’échelle nationale.

« Ce programme, possible grâce à l’aide de la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté et du réseau Atlas, donne un sens concret à l’idée de développement ascendant », a poursuivi Dutheuil. « Après un an de travail dans des villages pilotes, nous avons réalisé qu’il était possible d’améliorer la gouvernance foncière en s’appuyant sur les compétences locales. Par exemple, dans chaque village pilote, les jeunes villageois savent maintenant utiliser le GPS et délimiter les parcelles. Cela aide tout le monde à connaître ses droits. »

Le travail de l’AIA respecte les valeurs, les habitudes et les coutumes culturelles de longue date, et elle croit que ce faisant peut aider à donner l’impulsion à un développement sain. Grâce à cette approche, AIA a fait un effort particulier pour démontrer que son projet n’est pas en conflit avec les valeurs traditionnelles du peuple ivoirien. Par exemple, AIA s’est associée à la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels pour combler le fossé entre la tradition et la vie moderne. AIA a expliqué avec succès à la Chambre que faire partie du monde mondialisé ne signifie pas que leur culture traditionnelle ne peut pas être préservée. Le soutien de la Chambre a donné de la crédibilité au projet et a joué un rôle crucial pour son succès.

Le président local d’un village (Yaoudé-Guiglo — Côte d’Ivoire). « En Côte d’Ivoire, comme dans la plupart des pays africains, le cadastre n’existe pas au niveau national », a poursuivi M. Dutheuil. « La propriété foncière est basée sur la connaissance des chefs de village et des chefs fonciers, ils sont des cadastres vivants. Cependant, à mesure qu’ils vieillissent, il est vraiment urgent de sauvegarder ces connaissances dans un registre foncier. »

Acteur Communau’Terre est un programme de six ans, et sa flexibilité lui permet de s’adapter aux changements d’un village à l’autre. AIA a présenté les résultats de la première année du projet pilote lors d’une réunion nationale sur la protection des droits fonciers ruraux en septembre 2017, et le gouvernement ivoirien envisage maintenant une réforme de la politique foncière qui s’étendra sur le modèle de l’AIA, en créant des registres fonciers dans tous les villages du pays. Les chefs de village des villages pilotes ont pu témoigner devant l’administration que le développement ascendant mené par AIA fonctionne. Et ils ne sont pas les seuls à prendre note — la Banque mondiale suit de près le projet de terres rurales de l’AIA.

« L’expérience de terrain du programme Acteur Communau’Terre participe au nouveau programme de 50 millions de dollars mis en œuvre par la Banque mondiale en Côte d’Ivoire », a poursuivi Dutheuil. « Acteur La méthodologie de Communau’Terre sert de base au développement du projet national de terres rurales de la Banque mondiale. » Dans le cadre du projet proposé d’amélioration et de mise en œuvre de la politique foncière de la Côte d’Ivoire, la Banque mondiale recommande un programme visant à renforcer la capacité du Gouvernement ivoirien à mettre en œuvre son programme national de régime foncier rural au niveau national et à améliorer le système d’enregistrement de l’utilisation des terres et des droits de propriété. certaines zones rurales — s’inspirant largement de la méthodologie de l’AIA.

Le personnel de l’AIA et les villageois délimitent les propriétés familiales dans les villages à l’aide d’un GPS. La composante 1 des activités proposées par la Banque mondiale dans le cadre du projet comprend un appui aux organisations de la société civile – comme AIA – déjà impliquées dans le secteur foncier afin de surveiller et d’évaluer les activités d’enregistrement des biens fonciers sur le terrain et de mener des activités de plaidoyer en connaissance de cause. Il comprend également la disposition de construire des locaux en créant et/ou en renforçant les Comités Villageois de Gestion Foncière Rurale (CVGFRs) et les Comités de Gestion Foncière Rurale (CGFRs) et les autorités coutumières locales et en développant leur capacité à soutenir les l’archivage, l’amélioration et la normalisation de la documentation locale relative au régime foncier. »

« En effet, la Banque mondiale ou le gouvernement conviennent qu’il sera difficile d’utiliser la méthode constructiviste (descendante) dans le contexte africain », a conclu Dutheuil. « Au contraire, il est très important de travailler en premier lieu avec les communautés à travers les connaissances des anciens témoins locaux, pour raconter l’histoire du village afin d’identifier les droits de chacun. Il est également important de former les communautés villageoises à une gestion durable du village. La Banque mondiale et le gouvernement ont compris par notre programme qu’il est très important de commencer par cette étape des droits locaux clarification, avant l’étape de l’épargne dans un cadastre national afin de réduire durablement les conflits et de préserver la cohésion sociale. C’est l’intérêt réel du modèle ascendant que nous avons pu montrer au niveau national. »

L’ approche intelligente d’AIA allie tradition et modernité, coutumes et certification. Il témoigne du potentiel des solutions cultivées localement et mises en œuvre localement aux défis locaux.

Les propriétés familiales dans les villages pilotes sont définies à l’aide d’un GPS. Faites un don à Atlas Network pour soutenir des groupes comme Audace Institut Afrique favorisent le développement local dans le monde entier.

10$ 25$ 50$ 100$ 250$ 1 000$ Faites de cela un don mensuel récurrent Suivant

Votre cadeau peut vous aider faire du monde un lieu de vie plus libre et plus prospère.

Renseignements sur les donateurs

Alabama Alaska Arizona Arkansas Californie Colorado Connecticut Delaware Canton de Columbia Floride Géorgie Hawaii Idaho Illinois Indiana Iowa Kansas Kentucky Louisiane Maine Maryland Massachusetts Michigan Minnesota Mississippi Missouri Montana Nebraska Nevada New Hampshire New Jersey Nouveau-Mexique New York Caroline du Nord Dakota du Nord Ohio Oklahoma Oregon Pennsylvanie Rhode Island Caroline du Sud Sud Dakota Tennessee Texas Utah Vermont Virginie Washington Virginie-Occidentale Wisconsin Wyoming Informations de paiement

Toutes les cartes principales acceptées

Confirmer

Vous faites un don unique de 50$. Changer

Merci !

Votre don aidera à changer la vie de beaucoup.

L’ Atlas Economic Research Foundation est enregistrée en tant qu’organisme sans but lucratif 501 (c) (3) et fait des affaires sous son nom commercial, Atlas Network. Toutes les cotisations sont déductibles d’impôt dans la mesure permise par la loi. Le numéro d’identification fiscale de la Fondation Atlas Economic Research est 94-2763845. Consultez notre politique sur la protection des renseignements personnels des donateurs.

ARTICLES LIÉS